Sports de combat, arts martiaux, self-défense : Quelles différences ?

Comment identifier les spécificités de chacune de ces pratiques et trouver la discipline qui vous convient ?

Le sujet n’est pas aussi simple qu’il en a l’air car il peut rapidement tourner en “guerre de chapelles” entre pratiquants. L’objectif ici n’est pas d’affirmer que certaines disciplines sont meilleures que d’autres car il pourrait y avoir autant de réponses que de façons d’aborder la problématique. Par contre, il existe des différences fondamentales entre chacune de ces pratiques et il peut être intéressant de les connaître pour mieux s’orienter par la suite.

  1 Les sports de combat...la voie royale pour se mesurer aux autres et pour la compétition

Qui dit sport dit cadre bien défini avec un règlement. C’est l’un des points de départ à toute confrontation sportive permettant de mettre les combattants sur un même pied d’égalité tout en respectant leur intégrité physique. Chaque sport dispose d’un panel technique permettant d’identifier clairement ce qui est autorisé et ce qui ne l’est pas. La pratique du combat est généralement largement mise en avant dans les entraînements (souvent appelé sparring) et la plupart des exercices tendent vers cette finalité. En effet, l’un des principaux objectifs du sport de combat est de pouvoir se mesurer à d’autres pratiquants, voire d’évoluer vers la compétition.

 

Ainsi, la préparation physique est fortement mise en avant dans ces disciplines car, même si le mental est primordial dans un combat, cela reste un point qui permettra de faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre entre 2 adversaires soumis aux mêmes règles.

 

Bien évidemment, il est tout à fait possible de pratiquer ces sports en loisir et ces derniers sont ouverts aux enfants (avec des règles généralement adaptées).  

 

Quelques exemples de sports de combat : la Boxe (Américaine, Anglaise, Française, Thaïlandaise…), le Kick-Boxing, les différentes formes de Lutte...

 

boxe

  2 Les arts martiaux...entre traditions et modernité

Les arts martiaux les plus anciens étaient autrefois des formes de combat utilisées avant tout pour faire la guerre, d’où leur nom. Dans ces conditions, il n’y avait pas de règles et certaines techniques étaient même totalement adaptées au contexte de l’époque. Avec le temps, la plupart d’entre eux ont évolué ou ont parfois créé de nouvelles “branches” qui se rapprochent des sports de combat. Ainsi, il n’est pas rare aujourd’hui de pratiquer un art martial en compétition.

 

Voyons maintenant ce qui distingue le plus souvent les arts martiaux des autres pratiques. Tout d’abord, au niveau du cadre, ils sont généralement enseignés dans un dojo. À cela s’ajoute la tenue vestimentaire qui est habituellement propre à la discipline. Un système de grade permet le plus souvent de distinguer le niveau de maîtrise de chacun (il se décline communément en ceintures de différentes couleurs). Ajoutons à cela les “codes”, comme le salut ou les règles de vie du dojo, et il en ressort fréquemment une ambiance vraiment particulière, très traditionnelle.

 

Au niveau de la pratique en elle-même, on retrouve généralement des méthodes qui proviennent des origines même de l’art martial. C’est le cas des «formes», dont le nom varie selon l’art martial, par exemple «kata» en Karaté : véritables outils pédagogiques pour le développement des pratiquants. Ce sont des enchaînements codifiés à réaliser dans un ordre prédéfini qui mettent en avant certaines techniques ou principes structurants liés à l’art martial. L’exactitude technique prime avant tout et l’intérêt sera par la suite de trouver les significations des formes en question (notamment en essayant de trouver leur(s) application(s) en condition réelle). Ces formes structurées sont en quelque sorte l’héritage des fondateurs.

 

En complément de cela, l'entraînement met souvent l’accent sur la répétition de techniques unitaires ou d'enchaînements prédéfinis avec partenaire. Enfin, la plupart des styles permettent de se mesurer à d’autres pratiquants en combat, avec un niveau d’intensité qui peut varier en fonction de la discipline.

 

Dans les arts martiaux, le combat n’est pas toujours une fin en soi, il peut même être totalement absent dans certains cas. D’ailleurs, il arrive que l’enseignement s’éloigne de la technique pure pour se rapprocher de concepts qui peuvent apparaître comme “ésotériques” pour les non-initiés. C’est finalement l’un des points les plus différenciants de l’art martial, le fait de rechercher une certaine harmonie entre le corps et l’esprit, quelque soit son âge.

 

Quelques exemples d’arts martiaux : l'Aïkido, le Judo, le Jiu-Jitsu, le Jiu-Jitsu Brésilien, le Karaté, le Kung Fu, le Tai-Chi-Chuan, le Taekwondo, le Yoseikan Budo...

karate

  3 Les méthodes de self-défense…une réponse pragmatique aux sociétés actuelles ?

Depuis quelques années, certaines disciplines autrefois inconnues du grand public, connaissent un succès assez significatif : les “self-défense”. Derrière ce terme générique se cachent des méthodes qui mettent l’accent sur les réponses à apporter aux agressions du quotidien. Ainsi, il n’y a pas vraiment de règles en self-défense car, par définition, un agresseur pourra utiliser tous les moyens mis à sa disposition pour arriver à ses fins.

 

L'entraînement privilégiera donc l’assimilation de techniques simples qui pourront sortir instinctivement en cas de besoin (exemples : frappes aux points vitaux…). La répétition pour développer les automatismes est donc primordiale. De même, les mises en situation sont souvent utilisées en self-défense de manière à simuler des cas concrets pour mieux s’y préparer en cas de besoin. Certains exercices permettent aussi d’accentuer le stress de manière à pouvoir mieux le gérer le moment venu. De la même manière, l’attention liée à l’environnement est aussi plus poussée dans ce contexte car le “terrain de jeu” n’est pas limité à un tatami ou un ring.

 

C’est d’ailleurs un point important de ces méthodes, elles mettent également en lumière les attitudes à adopter dans la vie de tous les jours en terme de prévention et de réponse en cas d’agression (tout en restant dans le cadre de la légitime défense). La pratique du combat à l'entraînement est fortement recommandée de manière à y être préparé si jamais la situation le nécessitait. Là encore, le niveau d’intensité et de pratique dépend de la discipline.

 

A noter que, même si certaines initiatives commencent à voir le jour, la compétition n’est pas une finalité en self-défense car il n’est pas simple d’en appliquer tous les concepts sans mettre en risque l’intégrité physique du pratiquant.

 

Enfin, il faut préciser que ce type de pratique n’est souvent pas ouvert aux enfants, c’est même plutôt rare.

 

Quelques exemples de méthodes de self-défense : le Krav Maga, Le Penchak Silat (considéré également comme un art martial pour les styles les plus traditionnels), le Systema, la Défense ou Boxe de Rue…

 

Tout dépend de vos motivations personnelles

Ce sont vos motivations personnelles qui feront que vous choisirez un sport de combat, un art martial ou une méthode de self-défense. Dans tous les cas, il n’y a pas de mauvais choix et tester chacune de ces pratiques est un bon moyen de garder l’esprit ouvert et de se faire sa propre opinion. En réalité, ces disciplines sont très complémentaires et il n’est pas rare de voir des pratiquants qui s’épanouissent dans plusieurs d’entres-elles. Il est d’ailleurs très enrichissant de s'entraîner avec d’autres combattants qui s’exercent à des sports/arts/méthodes qui sortent de nos habitudes. C’est finalement un bon moyen pour briser la routine et se forcer à adapter ses automatismes dans un contexte un peu différent.

nico

NICOLAS ambassadeur OUTSHOCK

CES CONSEILS POURRAIENT VOUS INTERESSER

Conseils
CORDE
La corde à sauter : un petit accessoire avec de nombreux bénéfices : brûler des calories et des graisses, sculpter votre corps, améliorer votre cardio et votre endurance … Découvrez ses secrets ici !
Conseils
KARATE
Vous avez envie de faire un sport de combat mais vous avez quelques appréhensions ? J’ai testé le karaté pour vous ! Retour et réactions à chaud sur mon tout premier cours d’essai

Commentaires utilisateurs

4 / 5 1 commentaire
Répartitions des notes

Chez Decathlon, les avis sont fiables.

  • 22 février 2020

    Contenu très pédagogue et enrichissant merci

HAUT DE PAGE